/
Accueil >> FORMATION AIDANTS FAMILIAUX
FORMATIONS AIDANTS FAMILIAUX

FORMATION AIDANTS FAMILIAUX

Les aidants dans l’univers des soins

 

Liens / Site web :

www.aidants.fr

www.Plan Alzheimer.gouv.fr

www.HAS.fr

 
Selon l’enquête Handicap santé 2008, les aidants représentent 8,3 millions de personnes de plus de 16 ans, qui aident régulièrement à titre non professionnel un proche.

En 2006, l’OMS publie que 80% des maladies étaient des maladies d’affection de longues durées. Le besoin des aidants sera de plus en plus important avec un risque d’épuisement croissant à la vue de la population vieillissante. Vers 2050, elle devrait être de 58,88% de plus de 60 ans, soit 37,4 millions de personnes dont 11,6 millions de 75 ans et plus et 4,8 millions de plus de 85 ans.[1]

 

La santé mentale des personnes âgées connaît une évolution particulièrement préoccupante. La maladie d’Alzheimer affecte 4,3% des personnes âgées de plus de 65 ans et sa prévalence augmente avec l’âge

 

Les professionnels de santé sont amenés à composer avec les aidants, ils partagent les compétences, leurs rôles et leurs tâches dans une relation basée sur la confiance. La terminologie « aidant expert » est ainsi née. Celui-ci est souvent multitâche, non formé, augmentant son niveau de stress et les risques de problèmes de santé physique, psychologique, sociale et économique (Ducharme 2006).
L’offre de formation à Isis Infirmiers sur la prévention du risque d’épuisement des aidants apportecertes des données explicatives mais surtoutdes outils d’évaluation. Finalement, il s’agit de créer du lien thérapeutique, du soutien aux aidants dans un espace de soin respectueux et bienveillant.

 

C’est alors que le « faire ensemble » prend tout son sens. La qualité relationnelle « être et vivre ensemble » est à favoriser. Le réinvestissement du lien d’attachement, la prévention ou la diminution des privations ou des négligences affectives et les conflits exigent une attention particulière dans l’accompagnement des familles. Il est crucial de considérer la famille dans son ensemble et de permettre l’expression des ressentis de chacun.

L’accompagnement a pour objectif majeur le rapprochement des membres de la famille dans des liens et dans une écoute authentique et mutuel. La famille souffre tout autant par ce qui arrive à l’un d’eux. Alors, le poids de la souffrance est porté par tous.


[1] Joublin H., Le proche de la personne malade dans l’univers des soins, Enjeux éthique de proximologie. Toulouse : Erès ; 2014