/
Accueil >> FORMATION PLEINE CONSCIENCE
FORMATION PLEINE CONSCIENCE

FORMATION PLEINE CONSCIENCE

La méditation de pleine conscience

 
Liens / Site web :

Rapport 2002 OMS

https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=8&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjq4OC87-LTAhVFqxoKHWyVBToQFghWMAc&url=http%3A%2F%2Fwww.medecine-ecologique.info%2Farticle95.html&usg=AFQjCNEGUMNlE8zlbujUTic-blwxgvWs_w&sig2=SSa1JP_RD6AGff7P2sRbeg

 

Stratégie de l’OMS 2014-2023

https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=4&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwisqo2H8OLTAhXCBBoKHYNRA4kQFgg4MAM&url=https%3A%2F%2Fwww.meridiens.org%2Fmrd%2Fspip.php%3Fbreve363&usg=AFQjCNGstRFSV3capi6_nKwfcQ4KsdTkqQ&sig2=3DHtoBu27lCTfVj2ItNcSQ

 

 

Les définitions de la médiation de pleine de conscience convergent autour de l’attention juste, la conscience vigilante, l’état de conscience soutenue, ou encore l’observation sans jugement de flot continu des stimuli internes et externes tels qu’ils apparaissent.

 

Ces dernières années en France, les méthodes dites psychocorporelles sont des méthodes non médicamenteuses en référence à l’HAS et l’OMS.

Les domaines d’application sont nombreux comme le stress, les émotions, la douleur, l’anxiété, l’épuisement, tout ceux à quoi les professionnels de santé sont confrontés tous les jours. Ce qui explique, l’offre de formation à ISIS Infirmiers sur la pleine conscience. Au delà d’une technique, nous vous permettons d’intégrer, de vivre la pleine conscience pour prévenir les risques psychosociaux liés au travail.

 

La méditation de pleine conscience arrive au carrefour d’une nouvelle façon de penser la santé et la maladie. Plusieurs évolutions ont considérablement marquées ce virage et perpétrées le changement dans la pratique médicale.

La première réside sans aucun doute dans la rupture d’une dualité corps et esprit : il devient acquis que l’expression des maux et symptômes physiques peuvent être modulés en grande partie par des facteurs psychologiques, environnementaux divers. La médecine comportementale rejette explicitement le point de vue selon lequel l’esprit et le corps sont fondamentalement et inexorablement séparés. (Kabat-Zinn 2009)

La seconde évolution est visible historiquement par les différentes définitions de la santé. En effet, la santé a d’abord été définie comme « la vie dans le silence des organes ». La définition de l’OMS de 1946 introduit le modèle holistique de la santé, elle devient alors « un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité ». La Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé en 1986a défini la santé comme « la mesure dans laquelle une personne ou un groupe peut réaliser ses aspirations et satisfaire ses besoins et s’adapter aux changements et au milieu. La santé est donc perçue comme une ressource de la vie quotidienne, et non comme le but de la vie; il s'agit d'un concept positif mettant en valeur les ressources sociales et individuelles, ainsi que les capacités physiques. »

Ces changements de définitions et évolution du concept de la santé soulignent également un changement significatif : le recul d’une médecine paternaliste, toute puissante, plaçant le médecin comme le sachant et le patient comme simple exécutant. Aujourd’hui, les patients deviennent des véritables partenaires, acteurs de soin, on leur reconnaît d’ailleurs une expertise aussi importante que celle des professionnels de santé. Les patients devancent, questionnent, s’informent, proposent et réinventent ainsi le rapport soignant-soigné.

La méditation de pleine conscience trouve alors toute sa place dans ce rapport et cette nouvelle façon de penser la santé et la maladie.

 

En 2002, selon l’OMS, 75% des personnes en France ont eu recours au moins une fois à une pratique dite « parallèle », alternative ou douce : synonymes de médecine traditionnelle ou Médecine Alternative Complémentaire (MAC) dont fait partie la méditation de pleine conscience.